Le coin de la presse

 

Mon ITW au Petit Journal

http://www.lepetitjournal.com/homepage/a-la-une/94620-8e-circonscription-valerie-hoffenberg-l-il-faut-desenclaver-ces-francais-de-letranger-r.html

 

 

 

Revue de presse internationale: Fin de mission.

Chers amis,

Vous trouverez ci dessous une revue de presse concernant l’annonce par le ministère des Affaires Etrangères de la fin de ma mission en tant que représentante spéciale de la France pour la dimension économique, culturelle, commerciale, éducative et environnementale du processus de paix au Proche Orient.

French Mideast envoy fired for opposing Palestinian UN bid

Ha’aretz – Danna Harman – ‎Sep 6, 2011‎

Valerie Hoffenberg says while she is in favor of the creation of a Palestinian state, she continues to believe that the only way to do achieve this is ‘through bilateral negotiations.’ By Danna Harman Valerie Hoffenberg, the outspoken French foreign 

France Mideast envoy: Opposition to Palestine bid cost my job

Jewish Telegraphic Agency – ‎18 hours ago‎

Valerie Hoffenberg learned over the weekend from a French Foreign Ministry announcement that she had been dismissed. Hoffenberg had been in Israel the previous day and told an Israeli official that she was against the Palestinian statehood declaration 

French envoy fired for opposing PA statehood bid

Jerusalem Post – Gil Shefler – ‎Sep 5, 2011‎

Valerie Hoffenberg, France’s special envoy to the Middle East, reacted with dismay on Monday to news that she had been removed from her position the week before. Speaking at the Conference for Regional Cooperation held in Tel Aviv, 

French envoy ousted after comment on Palestine

eTaiwan News – ‎22 hours ago‎

Valerie Hoffenberg, France’s envoy for economic aspects to the Mideast peace process, said Wednesday the news of her removal was « a surprise. » She told The Associated Press that she thinks the decision was « linked » to a statement she made in Israel 

France Dumps Mideast Envoy Over Palestinian Statehood Position

Yeshiva World News – ‎13 hours ago‎

Valerie Hoffenberg, who serves as a special Mideast envoy for France’s Foreign Ministry has been dismissed from her post for opposing the planned unilateral PA (Palestinian Authority) declaration of statehood planned for later this month. 

France’s special Mideast envoy fired after stating her opposition to …

European Jewish Press – Joseph Byron – ‎Sep 6, 2011‎

PARIS (EJP)—Valerie Hoffenberg, France’s special envoy to the Middle East, has been removed from her position by French Foreign Minister Alain Juppe after coming out against the Palestinian UN statehood bid. In a statement made last week in Tel Aviv

Sundown: French Envoy Dismissed Over Stance

Tablet Magazine – Marc Tracy – ‎Sep 6, 2011‎

• France’s special envoy to the Middle East, a Jewish woman named Valerie Hoffenberg who has been an American Jewish Committee member, was dismissed, apparently for coming out against the Palestinians’ 

Head to Head: Why doesFrance want a peace conference now?

An interview with French envoy Valerie Hoffenberg.

By Adar Primor

Valerie Hoffenberg,47, aFrench Jew and a Zionist of Algerian-Tunisian descent, has for the past two years or so been serving as the French president’s special envoy to theMiddle East. « Sarkozy’s turbo engine » is the term used to describe her. Hoffenberg, a lawyer by training, was asked by the president to help bring aboutMideastpeace « from the bottom up »: to break through by means of the economy, education, culture, commerce and the environment. She is behind numerous regional projects and collaborative efforts, the pinnacle of which is creation of the industrial park inBethlehem. While Hoffenberg deals mostly with what she defines as « alternative diplomacy, » she has not been deterred from promoting official diplomatic moves, which recently took the form of advancing the initiative to convene a Middle East peace conference inParisby the end of July.

According to Foreign Minister Alain Juppe, the Americans cannot act alone in theMiddle East. But if Prime Minister Benjamin Netanyahu could challenge President Barack Obama at home inWashington, presumably the Sarkozy-Juppe initiative will be « small change » for him. Why do we need a French initiative now and why would you succeed where the Americans failed?

The Americans failed whereasFrancehas proved it has a role in the international arena (inLibya, for example, in confronting the Iranian nuclear program, and in theIvory Coast), and that it does not need theUnited Statesin order to fulfill this role. Apart from that, we are striving to push the stalled process back on track, where it will move forward and neutralize the Palestinian initiative in the UN in September – an initiative that is bad for all of us. A situation has been created where the conflict has been taken beyond its limits on the one hand, by the Palestinians and their ‘September initiative’ and, on the other hand, by Israel which created in the United States a three-way conflict, which includes in addition to itself, Obama and the U.S. Congress. From our perspective, what is urgent for you is to stop the ‘externalization’ of the conflict and to bring the Israelis and Palestinians back to the negotiating table.

Given the American opposition, the European division and the Palestinians’ fears, does the September initiative even have any chance?

Everyone realizes now that it’s a bad idea. Based on my discussions, I believe that the Palestinians will eventually back down.

Yet even your peace initiative is not devoid of problems. You are proposing discussing borders as a starting point for talks. That is a nonstarter as far as the Israeli government is concerned.

This is not an ironclad proposal. On the contrary, let Netanyahu come toParisand present his counterproposals.

Do you accept the position of Netanyahu and the right whereby the 1967 borders are not defendable?

I have heard many versions with respect to this question, but I want to stress: We are presenting proposals; we never presumed to also present solutions. All we want is for the counterproposals of the sides to be placed on the conference table, and for there to be a possibility of conducting negotiations around them.

President Sarkozy will never act in a way that harmsIsrael’s security. On the eve of Netanyahu’s May visit to Paris, [the president] declared it was a mistake to demand a freeze on settlement construction as a precondition for resuming the talks. This was a strong statement meant to express Sarkozy’s approach, which differs from that of Obama. Our idea for a conference is meant to show the president’s determination to work to move things along, using a different method. »

Obama accepted the Israeli demand that the Palestinians recognizeIsraelas a Jewish state, whereas the French initiative ignores it.

President Sarkozy stated thatFrancesupports the « two states for two peoples » approach. In stating as much, he means a state for the Palestinians and a Jewish state for the Jews.

But Sarkozy and Juppe also hinted that « if nothing happens » by September,Francewill recognize the Palestinian state. Is this a veiled threat againstIsrael?

No. Their comments are directed at both sides. The president and the foreign minister hope that something will move ahead by September. That is the backdrop to their peace initiative. Their statements were intended to stress that no matter what happens, they will not stop here.

Can other steps be expected, economic sanctions, for example? Promoting an international resolution that would call for a freeze on the settlements?

Absolutely not.FranceisIsrael’s friend. What interests us is promoting peace.

So the chance ofFrancerecognizing a Palestinian state in September is, according to your comments, not really an option?

We’ll see in September.

Is it even possible to conduct negotiations today whenIsrael’s partner includes Hamas? And how do you feel about the Shalit family’s appeal to the French justice system?

We hope that Abu Mazen [PA President Mahmoud Abbas] will get Hamas to recognize the Quartet’s three conditions. We will not back down on this and we will not talk to a government does that not accept these conditions. Moreover, it will be very hard for us to talk with a unity government that is holding a French captive. I suggested to President Sarkozy adding [release of] Gilad Shalit to the Quartet’s three conditions as a prerequisite for our recognition of the Palestinian government. I hope that he accepts my proposal. Either way, the appeal to the legal authorities inFrancewill obligate a French judge to investigate his abduction – a development that should of course be viewed favorably.

Francehas created a linkage between the revolts in the region and the urgency of advancing the Israeli-Palestinian peace. Why?

The revolutions actually took the Israeli-Palestinian conflict off center stage. In all of those countries, the people’s revolts were unrelated to the peace process; on the contrary, they actually did so because their leaders used the conflict to channel their populations’ frustrations instead of promoting reforms and ending corruption.

However, it is impossible not to see the Palestinians as also being part of those same sectors striving for greater freedoms and democracy, andIsraelmust work to help them realize these goals.

Juppe stated that there is no « double standard » in French foreign policy. What is the difference between the massacres perpetrated by Muammar Gadhafi and Bashar Assad?

Politics is the art of the possible. The moment Gadhafi started acting against his own people,Francewas the first to launch a campaign against him. As for Assad, we now expect a Russian and Chinese veto, but are working nevertheless to pass a UN resolution againstSyria. The complex military campaign inLibyadoes not now allow for another war to be launched right now. This is not a video game. In any case, Assad is finished. If there is a lesson from the revolutions in the region it is that our decisions do not determine their outcome; the populations do.

What do you think about the Strauss-Kahn affair? Will Sarkozy and your party, the UMP, benefit from the incident?

This is a human drama and the UMP cannot and is not working to benefit from it. The pictures showing Strauss-Kahn handcuffed were a great shock to French people on the left and on the right: As far as all of us are concerned, he is innocent until proven otherwise, whereas the Americans treated him as someone whose criminality has already been proven. As someone who knows him personally, I find it hard to believe he committed the acts attributed to him.

Revue de presse – For’UM Innovation, une chance pour le Proche-Orient

Le For’UM Innovation, une chance pour le Proche-Orient sur le site du Ministère des affaires étrangères et européennes:  http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/_91889.html

Voir la vidéo consacrée au For’UM:  http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/diplotv_17108/

Le Ministère israélien de l’environnement se félicite de la tenue du For’UM:  http://www.sviva.gov.il/Enviroment/bin/en.jsp?enPage=e_BlankPage&enDisplay=view&enDispWhat=Object&enDispWho=News%5el5638&enZone=e_news

Retombées médias :

Vous trouverez ci-dessous les différentes interviews données par Valérie Hoffenberg à l’occasion de ce forum.

La vidéo d’Al Jazeera: http://www.youtube.com/watch?v=caT1j0g3aH0

http://www.bfmbusiness.com/interview/il-est-beaucoup-plus-facile-de-n%C3%A9gocier-quand-les-peuples-se-sentent-sur-le-m%C3%AAme-pied-d%E2%80%99%C3%A9g

http://www.rfi.fr/emission/20110601-valerie-hoffenbergue-representante-speciale-france-dimension-economique-culturelle

http://www.jerusalemplus.tv/index.php?option=com_content&task=view&id=9333&Itemid=62

http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-14614-Maghreb-Orient-Express.htm

http://www.france24.com/fr/20110531-entretien-valerie-hoffenberg-paix-proche-orient

http://www.lorientlejour.com/category/Liban/article/706291/Une_vingtaine_de_participants_libanais_au_forum_%3C%3C+L%27innovation,_une_chance_pour_le_Proche-Orient+%3E%3E,_a_Paris.html

http://www.jpost.com/Sci-Tech/Article.aspx?id=223081

http://www.israelvalley.com/news/2011/05/31/31934/israelvalley-conference-l-innovation-une-chance-pour-le-proche-orient-daniel-rouach-prof-a-l-escp-animera-une-table-ronde

http://www.guysen.com/article_La-France-federe-Arabes-et-Israeliens-autour-de-l-innovation_15711.html

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/05/31/97001-20110531FILWWW00459-po-sarkozy-salue-les-actions-de-terrain.php

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/05/31/on-attend-que-la-pression-internationale-se-porte-sur-les-palestiniens_1530207_3218.html

http://www.widoobiz.com/rubrique/chroniques/vie-entrepreneur/forum-innovation-une-chance-pour-le-proche-orient


PO: Sarkozy salue les actions de terrain pour rapprocher les peuples

http://www.romandie.com/news/n/_PO_Sarkozy_salue_les_actions_de_terrain_pour_rapprocher_les_peuples310520111105.asp

PARIS – Nicolas Sarkozy a salué mardi les actions de terrain entre Israéliens et Palestiniens qui permettent de construire au quotidien les conditions de la paix de demain, à l’ouverture d’un forum à Paris réunissant plusieurs ministres français et étrangers.

Si une action diplomatique dynamique est indispensable pour parvenir à une reprise du processus de paix, les actions de terrain et les rencontres entre les acteurs israéliens, palestiniens et tiers sont irremplaçables afin de construire au quotidien les conditions de la paix de demain, écrit le chef de l’Etat dans un message lu par son ministre de la Coopération, Henri de Raincourt.

Dans ce Proche-Orient où les peuples savent que la paix est aussi la clé du développement, les défis sont communs à tous. Que l’on soit Egyptien, Turc ou Libanais, Israélien ou Omanais, Palestinien ou Qatari, disposer d’un accès sûr et durable à l’eau est une nécessité, comme le sont la sécurité alimentaire ou énergétique, poursuit Nicolas Sarkozy.

L’eau, les nouvelles énergies, la sécurité alimentaire et les technologies d’information figurent au menu du forum organisé par Valérie Hoffenberg, représentante spéciale de la France pour la dimension économique, culturelle, commerciale, éducative et environnementale du processus de paix au Proche-Orient.

Ces défis communs appellent des réponses et des solutions communes, parce que les fleuves qui irriguent les terres agricoles ignorent les frontières, parce que les nouveaux moyens de communication sont par essence transnationaux, releve également le président.

Parmi les personnalités invitées au forum figurent notamment Gilad Erdan, ministre israélien de l’Environnement, Mohammad Najjar, ministre jordanien de l’Eau et de l’Irrigation, et Shaddad Attili, président de la Palestinian Water Authority.

(©AFP / 31 mai 2011 11h11)

Ouverture du For’UM « L’innovation, une chance pour le Proche-Orient » : Message de M. le Président de la République

http://www.elysee.fr/president/les-actualites/communiques-de-presse/2011/ouverture-du-for-um-l-innovation-une-chance.11489.html

Lu par M. Henri de RAINCOURT
Ministre auprès du Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Européennes, chargé de la Coopération

Paris – Mardi 31 mai 2011

Je suis heureux d’adresser ce message de bienvenue aux participants de ce séminaire consacré au thème « L’innovation, une chance pour le Proche Orient ».

Je me réjouis que le ministère des Affaires étrangères et européennes accueille cette initiative et félicite Mme Valérie HOFFENBERG, Représentante spéciale de la France pour la dimension économique, culturelle, commerciale, éducative et environnementale du processus de paix au Proche-Orient, de l’avoir portée et organisée.

La présence de nombreuses hautes personnalités étrangères et françaises, que je salue, et l’appui très significatif de prestigieux partenaires économiques français et étrangers représentés au plus haut niveau témoignent du succès de cette initiative et de la pertinence des sujets qui vous réunissent.

Que tous soient remerciés de leur participation et de leur soutien.

Vendredi dernier à Deauville, les membres du G8 ont souligné l’urgence de la paix au Proche Orient et ont déclaré que « les bouleversements historiques que connaît la région rendaient d’autant plus important le règlement par la négociation du conflit israélo-palestinien». « Le moment de reprendre le processus de paix » ont-ils ajouté, « est maintenant ».

La communauté internationale est résolue à faire progresser la paix au Proche Orient ; la France se mobilise pour qu’aucune occasion ne soit laissée de côté. Ces dernières semaines j’ai reçu le Président Abbas puis le Premier ministre Netanyahou ; lors du G8, nous avons évoqué de façon approfondie ce dossier central ; et dès demain, Alain JUPPÉ, ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et européennes, se rend en Israël et dans les Territoires palestiniens pour poursuivre nos efforts.

Mais si une action diplomatique dynamique est indispensable pour parvenir à une reprise du processus de paix, les actions de terrain et les rencontres entre les acteurs israéliens, palestiniens et tiers sont irremplaçables afin de construire au quotidien les conditions de la paix de demain.

Dans ce Proche Orient où les peuples savent que la paix est aussi la clé du développement, les défis sont communs à tous.

Que l’on soit égyptien, turc ou libanais, israélien ou omanais, palestinien ou qatari, disposer d’un accès sûr et durable à l’eau est une nécessité, comme le sont la sécurité alimentaire ou énergétique. D’où que l’on vienne et où que l’on vive, la maîtrise des nouvelles technologies est un impératif pour qui veut prendre sa place et jouer son rôle dans notre monde globalisé.

Ces défis communs appellent des réponses et des solutions communes, parce que les fleuves qui irriguent les terres agricoles ignorent les frontières, parce que les nouveaux moyens de communication sont par essence transnationaux.

Vos débats et vos réflexions permettront non seulement d’échanger de manière aussi concrète et opérationnelle que possible mais aussi, je le souhaite, de mettre en place des projets régionaux qui favoriseront la création d’emplois et poseront les bases d’une relance de l’Union pour la Méditerranée — projet plus nécessaire que jamais alors que les peuples du sud de la Méditerranée expriment des aspirations que nous devons les aider à réaliser.

Je souhaite encore une fois féliciter la Représentante spéciale pour cette initiative originale et très opportune qui réunit des personnalités dont la diversité est en soi un gage de succès. Leur volonté d’agir ensemble est un message d’espoir pour tous ceux qui œuvrent en faveur d’un Proche-Orient fait de paix, de stabilité et de prospérité.

A tous, je redis mes remerciements pour votre présence et pour votre engagement, et souhaite plein succès à vos travaux.

                                          xxx

 

L’Express – Les leçons de démocratie de l’UMP aux Egyptiens – 16 avril 2011 -(Farah Benouis)

Le parti a reçu une délégation de jeunes Égyptiens les 14 et 15 avril pour un séminaire de formation … à la culture démocratique.

Il y a deux mois, ils manifestaient avec des milliers d’Egyptiens sur la Place Tahrir et faisaient vaciller le régime d’Hosni Moubarak. « Ils ont été les acteurs de la révolution mais ont conscience que ce qui leur manque aujourd’hui c’est une culture démocratique » explique Valérie Hoffenberg, secrétaire nationale de l’UMP en charge des relations avec les think tanks et partis politiques étrangers, et qui est à l’origine du séminaire de formation, en partenariat avec la Fondation Schuman.

Engagés dans différents mouvements politiques, ces jeunes sont venus chercher des réponses concrètes au fonctionnement d’une démocratie. Au programme des deux jours de formation: des rencontres avec les élus, des ateliers thématiques sur le rôle d’un parti politique et une visite de l’Assemblée nationale.Une visite au Memorial de la Shoah a egalement ete organisee. « Le symbole est important car c’est aussi la paix avec Israel qui est en jeu dans la transition democratique egyptienne » affirme
Valerie Hoffenberg.

« Nous ne voulons pas nous faire voler notre révolution »

Les élections législatives égyptiennes auront lieu en septembre, un délai très court pour ces jeunes qui ont tout à apprendre sur le plan politique. Certains voteront pour la première fois. La menace vient des Frères musulmans. « Nous ne voulons pas nous faire voler notre révolution » explique Nihal al Banna, chercheuse de 23 ans à l’Université américaine du Caire et membre du Parti Egyptien Social Démocratique, situé au centre gauche.

Pour Yamen Nouh, 28 ans et membre du parti El Wasat (« le centre »), un parti islamiste modéré, les choses sont claires : « Nous voulons bien discuter avec les Frères musulmans mais il n’y aura jamais d’alliance ». El Wasat a récemment obtenu l’agrément de la Haute Cour administrative pour se constituer en parti politique et présenter des candidats.

Un partenariat, oui, mais…

Un accord de partenariat devrait être signé entre l’UMP et les différents mouvements reçus à Paris, pour la plupart à gauche et au centre gauche. « Oui pour un accord, mais il faudra d’abord s’assurer que nous partageons les mêmes valeurs » explique un secrétaire national de l’UMP.

Des valeurs il en a été question durant le séminaire. Comment voient-ils le débat sur la laïcité en France et les propos de Claude Guéant sur les musulmans? « Une meilleure reconnaissance de la culture musulmane serait bénéfique pour les relations entre la France et les régimes démocratiques qui se mettent en place dans le monde arabe » estime Nihal.

L’UMP voudrait à présent renouveler l’expérience avec des jeunes Tunisiens. Une manière de rattraper les ratés de l diplomatie française au moment du Printemps arabe? « Nous devons nous engager aux côtés des peuples arabes et aider une nouvelle classe dirigeante à émerger, reprend Valérie Hoffenberg. C’est un défi pour eux et c’est dans notre intérêt. »

 

Consulat Général de France à Jérusalem – 6 avril 2011 (La France dans la presse palestinienne)

Le conseil d’administration de l’entreprise responsable de la zone industrielle de Bethléem, la BMIP, a organisé pour le Consul général de France à Jérusalem Fréderic Desagneaux et le directeur de l’Agence française de développement Hervé Conan une visite de la zone industrielle en cours de construction et financée par la France et par le secteur privé palestinien.

Avant de visiter la zone, le Consul général et sa délégation ont rencontré le président du conseil d’administration de l’entreprise en charge du développement de la zone industrielle Samir Hazboun et un membre de son conseil d’administration Saqer Al Jrashi, ainsi qu’Elie Shehadeh, directeur du projet, et Emad Abou Ata, avocat de l’entreprise.

Samir Hazboun a informé la délégation française des derniers travaux accomplis dans la zone. Il a présenté au Consul général le plan stratégique de l’entreprise ainsi que les efforts effectués pour mettre en place les infrastructures et les plans de construction d’un bâtiment multifonctions et d’un bâtiment industriel.

L’entretien a porté sur l’utilisation des subventions françaises qui seront utilisées pour les infrastructures externes et internes, afin de réduire les coûts de location pour les investisseurs voulant s’installer dans la zone de Bethléem.

S. Hazboun a exposé au Consul général les accords entre les investisseurs extérieurs et la BMIP concernant la première phase ainsi que les détails des préparatifs pour l’inauguration du bâtiment administratif et le lancement du cœur de la zone industrielle.

Le Consul général a ensuite visité la centrale électrique, le réservoir d’eau ainsi que le tracé de la route principale prévue conduisant à la zone industrielle.

Le Consul général a salué l’état d’avancement des travaux, notamment dans le bâtiment administratif où plusieurs entreprises doivent emménager dans les jours à venir.

Le Consul général a remercié le conseil d’administration de la BMIP et ses membres et réitéré le soutien déterminé de la France pour ce projet vital visant à développer l’économie palestinienne et à réduire le chômage dans la société palestinienne.

Le Consul général a également signalé l’importance de la visite prévue prochainement en France d’une délégation du conseil d’administration de la BMIP afin de visiter des zones industrielles et profiter de l’expertise française, ainsi que pour ouvrir des canaux entre secteurs privés français et palestinien.

Le Figaro (Confidentiels) – 11 avril 2011

L’UMP forme les jeunes Egyptiens à la démocratie

L’UMP souhaite contribuer à la construction d’un processus démocratique pluraliste en Egypte. A cet effet, Valérie Hoffenberg, secrétaire nationale en charge des relations avec les think-tanks et les partis étrangers, organise les 14 et 15 avril un séminaire de formation pour aider cinq jeunes Egyptiens à s’initier au fonctionnement d’un parti politique. Structures, rôle des militants, financement, élaboration d’un programme, communication, élections: l’UMP, en collaboration avec la Fondation Schuman, leur apportera des réponses concrètes pour préparer les prochaines échéances électorales. A l’issue du séminaire, un groupe de contact sera mis en place pour les accompagner sur le long terme.

Aufeminin.com – 14 janvier 2011

http://www.aufeminin.com/portraits-de-femmes/interview-valerie-hoffenberg-paix-au-proche-orient-d17587.html

Entretien avec Al Quds (traduction française)

Valérie Hoffenberg, conseillère du Président de la République française, en entretien exclusif avec le quotidien Al-Quds : Les Palestiniens sont prêts pour établir l’Etat et nous devons les soutenir malgré l’impasse dont souffre le processus de paix « Valérie Hoffenberg, conseillère du Président Nicolas Sarkozy et représentante de la France pour le processus de paix au Proche-Orient, a déclaré que malgré l’impasse dont souffre le processus de paix, nous devons continuer à oeuvrer pour améliorer les conditions de vie des Palestiniens afin de soutenir l’établissement d’un Etat palestinien et afin de montrer que les Palestiniens sont prêts pour établir cet Etat.

Dans un entretien exclusif avec Al-Quds donné à l’occasion de sa visite dans les Territoires palestiniens et en Israël, Valérie Hoffenberg a confirmé que le Président de la République en tant qu’ami d’Israël et des Palestiniens, souhaitait qu’il y ait un accord politique le plus rapidement possible. Elle a également indiqué que la France encourageait ses amis des deux côtés à se tourner vers l’Europe et vers la France afin d’obtenir de l’aide, en collaboration étroite avec les Américains.

La France, selon la Conseillère du Président de la République, est convaincue que dans le cadre de l’Union pour la Méditerranée (UpM), il est possible de trouver des solutions à beaucoup de problèmes.

L’incendie du Carmel et la participation de pompiers palestiniens, jordaniens et turcs dans la lutte contre cet incendie prouve que l’UpM reste un cadre important. Valérie Hoffenberg a aussi saisi cette occasion pour exprimer son souhait de relancer une initiative en proposant une expérience unifiée entre les Palestiniens, les Israéliens, les Jordaniens et les Français dans le domaine de la lutte contre les risques civils. Quant à sa visite dans la région, elle a déclaré que son objectif était de rencontrer toutes les parties concernées afin de s’informer de ce qui se passe dans la région concernant le processus de paix et la vision selon laquelle l’Europe et la France peuvent y jouer un rôle et aider à faire des progrès. Un deuxième objectif était de voir les progrès réalisés dans les projets lancés par la France dans les Territoires palestiniens et de s’assurer que les Israéliens délivrent toutes les autorisations nécessaires à leur succès.

Valérie Hoffenberg a indiqué qu’elle s’était entretenue avec les Israéliens concernant les problématiques liées à l’eau, étant donné que la zone industrielle de Bethléem nécessitera de grandes quantités d’eau, ce à quoi les Israéliens ont donné leur accord. Des discussions sont également en cours pour élargir une route en zone C et pour faciliter l’entrée de matières premières à la zone industrielle. Valérie Hoffenberg a indiqué avoir reçu des réponses positives à toutes ses questions.

Concernant la zone industrielle de Bethléem, la Représentante spéciale a déclaré qu’elle y avait fait une tournée d’inspection et qu’elle avait rencontré son Président Samir Hazboun ainsi que son équipe. Elle a aussi exprimé sa joie de voir que le bâtiment administratif était presque terminé et d’ores et déjà loué dans sa totalité. De même, la centrale électrique de la zone était prête et la centrale d’eau était actuellement en construction.

Valérie Hoffenberg a ajouté que la zone industrielle de Bethléem était déjà complètement louée malgré le peu de publicité effectuée. Selon elle, beaucoup d’entreprises palestiniennes avaient exprimé un intérêt de s’y installer en plus de plusieurs entreprises françaises comme Orange France Télécom, Schneider Electric et Renault. De même, une banque palestinienne ainsi que des entreprises de fabrication de panneaux solaires et des laboratoires pharmaceutiques avaient également montré leur intérêt à investir dans la zone industrielle. Elle a également déclaré qu’elle espérait voir la première entreprise installée dans la zone en mars 011 tout en considérant que cette zone était un succès réel pour les Palestiniens et les Français.

« Nous avons comme objectif de créer, dès la première année, 300 opportunités d’emploi nouvelles et de devenir la vitrine du secteur privé palestinien et également celle de la capacité de l’Autorité palestinienne à mener de tels projets ». La responsable française a également rencontré des hommes d’affaires représentant le secteur privé palestinien comme le projet Rawabi ainsi que Chaddad Al-Atili, président de l’Autorité palestinienne de l’eau car la France souhaite financer un centre de formation aux métiers de l’eau à l’instar des pays comme les Etats-Unis et l’Allemagne qui soutiennent 7 projets dans le domaine de l’eau en Palestine.

Quant à la possibilité de tenir une deuxième conférence pour les donateurs pour l’Etat palestinien à Paris, Valérie Hoffenberg a déclaré que des discussions étaient en cours mais qu’aucune décision n’avait encore été prise. Pour elle, il était important que les projets financés par la première conférence soit mis en oeuvre car cela était susceptible d’encourager les donateurs à poursuivre le financement des projets.

A la fin de l’entretien, Valérie Hoffenberg a déclaré espérer que l’année 011 soit l’année de la paix pour tous les peuples de la région et qu’elle apporte la prospérité et une bonne compréhension entre les parties ».

Chaddad Al-Attili, président de l’Autorité palestinienne de l’eau et Valérie Hoffenberg, Conseillère du Président de la République Nicolas Sarkozy et représentante de la France pour le processus de paix au Proche-Orient, se sont entretenus des dernières évolutions concernant le projet d’établir un centre de formation aux métiers de l’eau dans la zone industrielle de Bethléem. Durant cette rencontre qui a eu lieu à Ramallah, les deux responsables ont discuté du soutien français au secteur de l’eau en Palestine qui prend des formes multiples tout en se concentrant sur le projet d’établissement d’un centre de formation aux métiers de l’eau dans la zone industrielle de Bethléem et la possibilité d’établir un partenariat entre ce centre et le centre d’excellence Moyen-Orient pour la recherche dans le domaine du dessalement (MEDRC).

Valérie Hoffenberg a confirmé l’intérêt de la France au soutien de ce centre pour lequel elle avait déjà consacré trois millions d’euros. A ce propos, l’Autorité palestinienne de l’eau a signé un  Memorandum of Understanding avec le  centre international de l’eau dans le but de commencer une étude de faisabilité économique de l’établissement du centre de formation qui va durer quatre mois.

Koweit News Agency – 3 janvier 2011

PARIS, Dec 20 (KUNA) — Senior French advisor official Valerie Hoffenberg is holding talks early this week with Israeli and Palestinian officials to discuss cooperation in a number of areas, mainly economic, education, trade and technological topics, it was revealed here Monday.

Hoffenberg was appointed last year by President Nicolas Sarkozy as Frances Special Representative for the economic, cultural, commercial, educative and environmental dimensions of the Middle East Peace process.

The French advisor arrived late Sunday in the region and is beginning her tour in Israel, where she is meeting Monday with Deputy Foreign Minister Danny Ayalon, Education Minister Gideon Saar and later with also with President Shimon Peres.

Hoffenberg will also hold meetings with business leaders from Israels high-tech sector.

In the Occupied Territories, the French official will meet Prime Minister Salam Fayyad, Water Minister Shaddad Attili, Economy Minister Abu Libdeh and Education Minister Lamis Al-Alami.

Hoffenberg has also scheduled talks with the President of the Palestinian Chamber of Commerce in Bethlehem, Samir Hazboun, who is also in charge of the Franco-Palestinian industrial site in the same town.

France, along with the European Union, is one of the main financial backers of Palestinian institutional and economic development and a key supporter of the creation of a viable Palestinian State.

Hoffenberg is to outline to the Palestinians the « follow-up to the concrete actions » France is sponsoring in the industrial programme for Bethlehem and also discuss the support for the education programme.

But France has declined to take its support one step further and unilaterally recognize the Palestinian State, a move made by a number of major countries some weeks ago, including Brazil, Argentina and Uruguay. Bolivia is also said to be on the point of declaring its recognition of Palestine.

In the face of the ongoing impasse in the Middle East peace process and Israels obstinate refusal to make any concessions on illegal settlements, a number of countries are deciding to move independently of the peace process and recognize the Palestinian State.

The objective of this strategy, given the blockage in the peace process, would be to bring the matter before the UN Security Council in the coming months.

Haaretz – 24 décembre 2010 (traduction en français)

A Noël, les français envahissent aussi Bethléem

Avi Issacharoff, Haaretz

24/12/10

Les fêtes de Noël à Bethléem : la police touristique remplace les soldats

Les orthodoxes et les arméniens continuent à se disputer, les touristes envahissent les rues et une diplomate française qui a de grands projets prépare l’avenir économique de la Cisjordanie.

L’ambiance de Noël était ressentie dans chaque recoin de Bethléem cette semaine. La ville est décorée, des poupées de père Noël ont été installées un peu partout dans les rues et surtout, les touristes affluent. Les hôtels de la ville affichaient complet et les restaurants se préparaient activement à recevoir les visiteurs. Plusieurs chanteurs connus de la région donneront des concerts aujourd’hui et demain dans la ville pour distraire les visiteurs du monde entier, d’Israël et même de la bande de Gaza.

(…)

A l’extrémité de Bethléem, dans les faubourgs de Beit Jala, on se prépare à l’ouverture au mois de mars d’une nouvelle zone industrielle, construite avec l’aide du gouvernement français. Des entreprises françaises de premier plan comme Renault, France Télécom ou Schneider Electric, devraient y être présentes et offrir, dès l’ouverture, près de trois cents emplois dans une région qui, malgré les progrès du tourisme, souffre du chômage.

Toutes les quelques semaines, une diplomate française, dont peu connaissent l’action, se rend sur le site. Le président Nicolas Sarkozy a envoyé dans la région une représentante spéciale, Valérie Hoffenberg, dont le rôle est de s’occuper des aspects économique, culturel, commercial, éducatif et environnemental du processus de paix au Proche-Orient. Hoffenberg est cependant loin de s’exprimer comme un des ces diplomates européens qui prennent immédiatement d’assaut la politique israélienne de colonisation. Sa connaissance de la situation sur le terrain est impressionnante. « Il n’y a aujourd’hui presque plus de barrages routiers à l’intérieur de la Cisjordanie et c’est quelque chose dont on ne parle pas dans le monde », affirme Valérie Hoffenberg. « Auparavant, un habitant de Bethléem qui voulait se rendre à Ramallah devait passer de nombreux barrages, ce n’est plus le cas aujourd’hui. C’est un message important pour la communauté internationale. Israël, c’est vrai, commet des erreurs et quand c’est le cas, il faut le critiquer. Mais il faut aussi le complimenter quand il agit de manière positive. Il n’y a plus de barrages et, malgré cela, il n’y a toujours pas d’attentat. C’est aussi un message pour les Israéliens. Je ne fais pas partie de ceux qui pensent qu’une paix économique à elle seule suffira à avancer. Toutefois, il faut apporter des améliorations sur le terrain et ce changement, nous l’observons déjà aujourd’hui. Il y a, par exemple, le secteur privé palestinien qui se renforce et de plus en plus d’entreprises palestiniennes qui sont créées en Cisjordanie ».

La zone industrielle, explique Valérie Hoffenberg, sera ouverte en deux étapes et devrait couvrir, au total, près de cinquante hectares. Selon elle, trente-cinq entreprises ont l’intention d’y ouvrir des succursales ou des représentations. « Ce sera une zone verte qui respectera l’environnement. De notre point de vue, le développement de ce site est un projet pilote car toutes les autres zones industrielles qui ont été planifiées en Cisjordanie n’ont pas vu le jour. Nous espérons que notre investissement, à hauteur de 10 millions d’euros, fera venir d’autres investisseurs et d’autres entreprises ».

« Ce que vous faites, vous les Israéliens, est bien mieux que ce que vous dites. Ces deux dernières années, les choses ont changé ici en bien », indique-t-elle. « Il y a moins de barrages, moins de colonies et l’économie palestinienne progresse. Le problème c’est que dans le monde nombreux sont ceux qui l’ignorent. Je dois dire que j’ai reçu toute l’aide dont j’avais besoin. Le Premier ministre Netanyahu en personne m’a autorisé à utiliser la route située en zone C. Les pays donateurs et, bien sûr, l’Autorité palestinienne, se sont eux aussi mobilisés ». Selon elle, si Bethléem a été choisie c’est du fait de la proximité de la frontière avec Israël et aussi grâce à la « marque ». « Si on inscrit sur produit « Made in Bethleem », n’importe quelle personne dans le monde saura d’où ça vient et cela aura un retentissement ».

Le Figaro – 2 septembre 2010

Cliquer sur le lien ci-dessous pour accéder à l’article.

Vingt jeunes Israéliens et Palestiniens à Paris – Le Figaro 02/09/10


L’Express – 1er septembre 2010

Cliquer sur le lien ci-dessous pour accéder à l’article.

Israël-Palestine : initiatives françaises

Inauguration du parc industriel franco-palestinien de Bethléem, jeudi 8 avril 2010, en présence de Christan ESTROSI, Valérie HOFFENBERG et Hassan ABOU LIBDEH

Jerusalem Post – édition du 31 août au 6 septembre

Cliquer sur le lien ci-dessous pour accéder à l’article.

Eduquer à la paix – Jpost

Rencontre avec les participants israéliens au projet "Les enfants de la paix" 27/07

Interview sur RCJ – 11 juillet 2010

http://www.radiorcj.info/mp3Player/?audio=entretien11juil


Article de Haaretz – 27 mai 2010

« A woman with a mission » par Aviva Lori

voir l’article : http://www.haaretz.com/magazine/friday-supplement/a-woman-with-a-mission-1.292602

Valérie Hoffenberg - photographe : Yanai Yehiel

Article du Figaro – 29 avril 2010

voir l’article en PDF :

Le Figaro_Portrait de Valérie Hoffenberg_29 avril 2010

Valérie Hoffenberg - Photographe : J.C. Marmara

Article de Valeurs Actuelles – 8 avril 2010

Article de Nathalie Hamou pour Valeurs Actuelles - 8 avril 2010

Article du Jerusalem Post  – du 2 au 8 mars 2010

Valérie HOFFENBERG à la conférence dHerzliya (février 2010)

Jerusalem Post – du 2 au 8 mars 2010

Propos recueillis par Anica Pommeray

La paix, autrement

Déléguée française pour le processus de paix, Valérie Hoffenberg cumule les défis. Son cheval de bataille : le secteur privé. L’ancienne présidente de l’American Jewish Committee, et actuelle conseillère de Paris, promeut une dynamique “par le bas”. “C’est la société civile qui poussera les dirigeants à signer la paix”, confie-t-elle, au terme d’une nouvelle journée marathon à Jérusalem. En quelques mois seulement, les premiers grands projets de coopération commencent déjà à germer. L’occasion de prouver au monde le rôle fondamental que peut jouer la France dans une région de plus en plus découragée par les impasses diplomatiques. L’enjeu est de taille. Mais, “aucune difficulté n’est insurmontable”, rassure-t-elle. Entre deux rendez-vous, la médiatrice française accepte de dévoiler sa vision de la paix. Rencontre.

Jerusalem Post : Décrivez-nous la nature de votre mission au Proche- Orient.

Valérie Hoffenberg : En septembre, j’ai été chargée par le président, Nicolas Sarkozy, de représenter la France pour les dimensions économique, culturelle, commerciale, éducative et environnementale du processus de paix. Il s’agit sans doute du titre le plus long jamais attribué par la République ! (rires) Parallèlement aux négociations politiques, l’objectif consiste à construire, pas à pas, la paix dans ces domaines précis. En faisant appel à la société civile. C’est un rôle que la France peut aujourd’hui jouer grâce à une légitimité renouvelée, aussi bien auprès des Israéliens que des Palestiniens.

J.P. : Un poste créé sur mesure ?

V.H. : Nous avons créé ce poste ensemble, avec Nicolas Sarkozy. Je l’avais déjà encouragé, par le passé, à soutenir le développement économique palestinien. C’est d’ailleurs à ce titre qu’un parc industriel franco-palestinien a été créé à Bethléem. Cette initiative, déclenchée en 2008, est destinée à promouvoir un climat de coopération en soutenant l’économie palestinienne et le secteur privé palestinien. Le parc industriel permettra notamment d’offrir des perspectives d’emploi et d’attirer l’investissement d’entreprises internationales sur place.

J.P. : De façon générale, comment se déroule votre mission sur le terrain ?

V.H. : Je viens au moins une fois par mois en Israël et dans les territoires palestiniens. En réalité, je sers souvent de médiateur. Je rencontre en permanence des représentants israéliens et palestiniens. Avant-hier, j’étais à Ramallah et Bethléem. Ce soir (28 février), je me suis entretenue avec le président Shimon Peres. Demain je rencontrerai Silvan Shalom et Danny Ayalon. Mais il ne faut surtout pas négliger l’importance du secteur privé. Les hommes d’affaires jouent un rôle essentiel sur le terrain et je m’appuie sur eux pour construire des ponts. La semaine dernière, par exemple, nous avons décidé de constituer un groupe de haut niveau d’hommes d’affaires français, israéliens et palestiniens. L’objectif consistera à faire venir des entreprises françaises et à favoriser les rencontres israélo-palestiniennes.

J.P. : Les entreprises françaises se montrent-elles intéressées par ce type d’initiatives ?

V.H. : Oui ! Nous avons déjà obtenu l’accord de Sephora, Axa et GDF-Suez, entre autres. Vous savez, il y a rarement des positions intermédiaires : soit on est pour la paix, soit on est contre. Il est très important de montrer, ici, que les gens sont prêts à travailler ensemble. Et quand on construit ensemble on ne peut être que satisfait.

J.P. : Est-ce également un moyen de modifier l’image d’Israël à l’étranger, et notamment en France ?

V.H. : Tout à fait. L’image d’Israël doit changer et cela passe par différents secteurs, comme l’éducation ou encore la culture aussi. Nous projetons d’ailleurs de faire rencontrer des femmes influentes israéliennes et palestiniennes. Ce dialogue permettrait de faire passer un autre message, différent des discours politiques. Nous avons également l’intention de nous associer aux efforts de l’ONG israélienne Kids Creating Peace. Le but sera de réunir des enfants, israéliens et palestiniens, afin de favoriser une meilleure compréhension des réalités du terrain. Le 21 septembre prochain, à l’occasion de la Journée internationale de la paix, ils seront invités à Paris où ils présenteront, à l’Assemblée nationale, leur propre “plan de paix”.

J.P. : Quelle est votre position quant aux récentes déclarations du ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner [en faveur de la “création immédiate” d’un Etat palestinien] ?

V.H. : Au moment où il a fait ces déclarations, il a dit “Je ne sais ni si j’ai raison, ni si j’ai tort”. J’estime qu’il parlait en son nom propre. C’est tout ce que j’ai à dire.

J.P. : Vos fonctions vous conduisent régulièrement en Israël. Quel regard portez-vous sur la situation à l’heure actuelle ?

V.H. : Tout d’abord, je pense que nous ne pouvons pas parler d’une situation linéaire. Les choses changent en permanence. Mais, j’ai quand même le sentiment d’un grand scepticisme et d’une grande lassitude, des deux côtés. C’est pour cela qu’il faut reconstruire des ponts. Réinjecter de l’optimisme. Et je pense qu’aujourd’hui le peuple israélien a autant besoin de la paix que les Palestiniens. Je me rends compte à quel point Israéliens et Palestiniens partagent les mêmes sentiments dus aux difficultés des négociations.

J.P. : Qu’en est-il de votre attachement plus personnel à Israël ?

V.H. : Je pense que je suis la première représentante de l’Etat à avoir de la famille en Israël. Je suis très attachée à ce pays. Cela me permet, d’ailleurs, de mieux comprendre les problématiques locales. Problématiques dont l’issue – je pense que tout le monde est d’accord maintenant – dépendra de la création d’un Etat palestinien.

J.P. : Justement, comment avez-vous été accueillie par tous vos interlocuteurs, en tant que juive particulièrement liée à Israël ?

V.H. : Je pense qu’ils ont vu, en moi, une autre manière d’aborder la paix. J’ai été très bien accueillie parce que les Palestiniens savent que je connais bien Israël. A Jérusalem, je reçois aussi beaucoup d’encouragements. De Shimon Peres en particulier. A ce titre, je peux déjà vous annoncer l’organisation d’une conférence en avril prochain, à Paris Dauphine, sur le thème : “L’économie, facteur de paix au Moyen-Orient”. Shimon Peres et [le Premier ministre de l’Autorité palestinienne] Salam Fayyad viennent d’accepter d’y participer.

J.P. : Peut-on déjà parler de succès ?

V.H. : Nous avons déjà remporté plusieurs succès ! Le parc industriel de Bethléem sera inauguré le 8 avril prochain, en présence de Christian Estrosi [ministre français de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi]. Et la majorité du terrain (soit 100 000 m2 sur un total de 120 000 m2) est déjà pré-loué. Par ces projets, nous construisons un climat favorable dans la région. C’est la société civile qui pousse les dirigeants à négocier et à signer la paix. Rappelez-vous, George Mitchell s’était aussi appuyé sur le secteur privé en Irlande du Nord [entre 1995 et 1998, Mitchell était l’envoyé spécial des Etats-Unis en Irlande du Nord. Les négociations de paix qu’il a dirigées ont mené à l’Accord du Vendredi saint, ndlr]. Je voudrais suivre son modèle.

J.P. : Nous célébrerons, le 8 mars prochain, la Journée internationale de la Femme. Pensez-vous que, en tant que femme, vous apportez une autre dimension à votre mission ?

V.H. : Oui, tout à fait. Je pense qu’en tant que femme je regarde les choses différemment. Les femmes me semblent beaucoup plus pragmatiques, plus concrètes. Cela me pousse souvent à être plus exigeante et même parfois plus dure. Ces caractéristiques m’aident beaucoup dans le cadre de mes fonctions ici. Vous savez, une de mes amies en Israël m’a demandé de “faire la paix” d’ici deux ans au plus tard. Son dernier fils sera alors en âge de faire son service militaire et elle n’a plus la force d’envoyer un autre enfant à l’armée… C’est aussi ça, un regard de femme. ■

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :